Stratégie d’intervention SCP

Introduction

Le contexte de travail du Service Civil pour la Paix (SCP) est caractérisé par un climat de peur et de méfiance, ainsi qu’un bon nombre de personnes traumatisées. A la différence de beaucoup de sociétés qui ont traversé des guerres, les organisations de la société civile et les Eglises dans les Pays des Grands Lacs sont compétentes, fortes et travaillent en réseau. C’est pourquoi le SCP peut construire son travail ici encore plus qu’ailleurs sur la coopération avec des partenaires locaux. Le SCP opère dans les trois phases des conflits pour prévenir les conflits, les transformer ou gérer leurs suites. On ne peut pas toujours distinguer ces trois phases entre elles.

Eléments incitateurs à la violence

En RDC, les quinze dernières années ont été marquées par la violence, les conflits armées et la non-existence de l’Etat. Les élections présidentielles, parlementaires et régionales en 2006, la mise en place d’un gouvernement et d’un parlement élus au niveau national ainsi que dans les provinces en 2007 ont suscité un espoir immense dans les populations qui espèrent un avenir paisible et stable. Mais les causes profondes des dernières guerres, de l’insécurité généralisée et de la culture de violence, notamment le pillage des ressources naturelles et la paupérisation des populations, l’absence d’un appareil d’Etat fonctionnel à tous les niveaux, les conflits identitaires et la logique d’exclusion de l’autre sur base de manipulations politiques, l’existence continue de groupes armés de tous genres sont toujours d’actualité.

En RDC il est particulièrement important d’analyser de façon continue les différents acteurs et facteurs dans et autour des conflits, afin de pouvoir – au vu des fluctuations fréquentes d’alliances et de rapports de forces – prendre des décisions stratégiques ensemble avec les partenaires locaux. Il s’agit de prendre en compte les aspects politiques, mais aussi économiques et culturels intégrant :

  • La bonne gouvernance, cela doit se faire d’en haut mais en même temps d’en bas, c’est-à-dire aux niveaux national et local,
  • La construction d’un Etat de droit,
  • La culture de paix et de citoyenneté à travers les églises et la société civile,
  • L’exploitation judicieuse des ressources minières et autres,
  • Le défi reste entier : de l’utilisation utilisées pour le bien-être des populations et pour la mise en place d’un Etat de droit et d’une administration,
  • Les populations congolaises qui ont prouvé depuis longtemps leur inventivité et leurs capacités de survie dans des situations impossibles. Mais le talon d’Achille reste la diversité culturelle et ethnique. (Conflit autochtones contre non originaires),
  • Les problèmes du Congo, ainsi que les pistes de solution ne se situent pas seulement au niveau national, mais également au niveau sous-régional. C’est pourquoi le travail pour la paix doit être transfrontalier et doit prendre en compte et influencer de façon positive les liens régionaux.

L’ouverture de la RDC vers l’extérieur et le renforcement de la coopération professionnelle au niveau de la sous-région peut être une base essentielle pour une paix durable et peut contribuer au développement et à la stabilisation d’une identité propre qui valorise les diversités dans l’unité.

Apport des professionnels du SCP/EED

  • Développement des structures de dialogue et de rapprochement traversant les lignes de conflits d’origine ethnique,
  • Renforcement de structures d’information et de communication par rapport aux causes et aux effets de conflits violents,
  • Réintégration et réhabilitation de groupes souffrant de façon particulière de la violence ,
  • Counselling et formation pour la gestion civile des conflits, pédagogie de la paix,
  • Renforcement de la mise en œuvre des lois au niveau local (par exemple : travail pour les droits de la personne, renforcement d’institutions locales),
  • Le renforcement des structures au niveau politique et sociétal (d’institutions étatiques et non-étatiques) est particulièrement important dans les Pays des Grands Lacs afin de créer de la stabilité, de l’efficacité et de la durabilité.

Les circonstances spécifiques liées à l’instabilité de la situation et aux conflits violents dans différentes régions requièrent une grande flexibilité dans le programme SCP.

Approches méthodologiques

Sur base de la coopération existante, les organismes allemands porteurs du SCP dans les Pays des Grands Lacs et dans la sous-région ont commencé par développer un « paysage » de leurs partenaires locaux et des thématiques touchées. En avril 2007 ils ont commencé un processus de « Do No Harm- Local Capacities for Peace ». D’autres partenaires allemands sur place et la coopération bilatérale sont intégrés tant que possible. En RDC il y a déjà de bonnes relations de travail (par exemple KfW/Heal Africa au Maniema, et CCEF avec la GTZ)

A partir d’une image plus complète du travail des organisations concernées dans les Pays des Grands Lacs et dans la région des Grands Lacs, ainsi que des éléments de base, des critères seront élaborés pour la coopération et l’identification des besoins non encore touchés ainsi que des partenaires potentiels stratégiquement importants. Le résultat ne consistera pas en un plan d’action commun, mais en une concertation des approches, des méthodes de travail et de l’orientation vers les impacts de la part des organismes allemands.

L’initiative et la responsabilité des partenaires locaux par rapport au travail sur place restent essentiels. Il est donc important de les intégrer dès le début dans les processus et de renforcer leur responsabilité. Il faut que le personnel local avec lequel les professionnels travaillent soit financé et que ce personnel participe à des formations répétées au niveau régional. L’échange professionnel vise à le renforcer et à faciliter le réseautage nécessaire à l’intérieur de la RDC, mais aussi au niveau sous-régional et international. Le SCP/EED travaille pour construire la paix et non seulement pour éradiquer la violence !La nuance est fondamentale ici.

Travailler pour éradiquer la violence est un processus de règlement de conflit avec prise en compte de ses phases de pré- et de post conflit. Ce travail est utile mais pas suffisant pour le moyen et le long terme. Travailler pour la construction de la paix engage les acteurs présents sur un espace géographique dans l’analyse de leur contexte, l’identification des facteurs majeurs et moteurs des conflits, l’analyse des acteurs de manière à valoriser le potentiel de construction de la paix.

Dans ce dernier cas, c’est le contexte combiné aux rôles des acteurs qui fonde l’activité du SCP. En d’autres termes, dans un contexte difficile comme celui de la RDC, chaque organisation devra examiner comment jouer un rôle pour la stabilisation et la promotion de la paix à partir de sa position (place dans la société), de ses thèmes, de ses partenaires, de sa capacité et des liens avec d’autres acteurs de la place afin de pouvoir mobiliser le niveau sociopolitique autour des actions entreprises, etc.