Noyau de coordination SCP

Au vu des enjeux et des défis du programme SCP – Grands Lacs, EED a mis sur pied un noyau de coordination et d’accompagnement constitué de trois consultants. La mission principale de ces consultants est de :

  • Faciliter une meilleure collaboration entre le professionnel d’appui et son organisation d’accueil, par une bonne préparation, des formations appropriées, du coaching, un suivi organisationnel, des informations utiles, des ateliers d’analyses et de réflexion
  • contribuer au développement du concept du programme SCP
  • Faciliter le réseautage entre les organisations ayant des professionnels d’appui
  • Contribuer au réseautage avec les autres acteurs allemands du SCP dans la région des Grands Lacs
  • Contribuer aux contacts avec les autorités allemandes et congolaises.
  • Tirer les leçons. Capitaliser les expériences et produire du matériel pédagogique.

Au cours d’un atelier SCP/EED, les organisations locales et les professionnels d’appui ont exprimé leurs attentes vis-à-vis du noyau d’accompagnement :

  • Accompagner le développement du SCP
  • Aider les organisations et les professionnels d’appui en cas des difficultés dans leur travail
  • Soutenir les actions faites par les organisations
  • Faciliter le renforcement des capacités des organisations partenaires
  • Veiller à l’auto-évaluation du processus
  • Aider à analyser les nouvelles problématiques du programme et du contexte
  • Avoir une oreille et un œil sur la dynamique de contexte des Grands Lacs
  • Échanger les méthodes, instruments et expériences (questions,faiblesses, etc.) autour du travail avec les conflits / concernant la paix
  • Accompagner la communication interculturelle
  • Aider à la mise en place d’un système de communication intra-acteurs
  • Contribuer à la conception des outils de formation SCP
  • Capitaliser la démarche et la publier
  • Produire des outils méthodologiques
  • Superviser les professionnels et les responsables de l’organisation
  • Contribuer à la conception d’un « plan de sécurité » pour chaque professionnel.
  • Veiller sur et rappeler les conditions de succès
  • Aider à clarifier les malentendus
  • Participer au travail de lobbying du réseau en cas de besoin.

Le noyau de coordination et d’accompagnement assure un suivi des organisations partenaires ayant reçu un professionnel d’appui et organise le renforcement des capacités individuelles et organisationnelles du réseau SCP. Les différentes organisations impliquées dans le programme SCP sont en réseau et l’animation du réseau est effectué par le noyau. Chaque année au moins un atelier réunit les membres du réseau, c’est un moment d’échanges sur l’évolution du contexte, c’est aussi un moment d’apprentissage sur la construction de la paix (le plaidoyer, le travail interculturel, la notion d’impact, le Do No Harm, etc.) et enfin un espace de réflexion sur les stratégies de construction de la paix. La spécificité de ces ateliers est qu’ils regroupent les responsables des organisations ayant reçu un professionnel d’appui, les professionnels et les collègues qui travaillent dans le domaine de la promotion de la paix.

Dans un des ateliers en RDC regroupant les membres du réseau SCP, les participants ont donné leur point de vue sur le travail pour la paix.

Les principes énoncés

  • La paix, on doit la déclencher et surtout la vivre
  • L’école est une ouverture à la citoyenneté, elle permet le brassage des cultures
  • La justice est basée sur le respect des droits et l’égalité de tous devant la loi
  • Rechercher ma paix ne suffit pas, il faut également veiller à celle de mon voisin, de mon ami, de mon concurrent
  • Il y a des intérêts forts pour qu’il y ait la guerre (profiteurs de guerre)

Les questionnements soulevés :

  • Peut-on comprendre et faire avancer le concept de paix si nous n’explorons pas le concept de justice ?
  • Qu’est ce qui fait qu’il n’y ait pas de paix ?
  • Comment toucher le politique ? Celui-ci fonctionne sur le principe machiavélique (le pouvoir s’arrache et se conserve)
  • Comment rendre le message de paix plus attractif et mobilisateur (alors que le message de violence mobilise !)
  • Comment combattre la peur qui anéantit et manipule la population ?
  • Nos cultures : sources de conflits, pas porteuses de paix ? un travail doit se faire pour les faire évoluer et renforcer les aspects porteurs de paix
  • Qui parle pour le peuple (qui lui ne parle pas ?) comment le faire parler ?
  • Sensibiliser ou mobiliser ?
  • Détruire ou visibles ceux qui « ne sont pas d’accord » (acteurs clés)
  • Promouvoir la pensée critique
  • Ne plus se laisser diviser en clarifiant les intérêts communs
  • Les dictons dans de nombreuses langues locales qui reflètent et ancrent le clientélisme ethnique et le communautarisme sont dangereux. Exemple : Ce décideur/politicien/député/chef « c’est le nôtre »
  • Nos paroles, nos attitudes, nos comportements renforcent les conflits ou les transforment