Identités et gouvernance en Afrique
septembre 11, 2017
Hommes et masculinités dans l’est de la RD Congo
septembre 11, 2017

Les sociétés civiles en Afrique

Sommaire

Flaubert Djateng et Christiane Kayser
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
Synthèse des échanges à la rencontre de Ségou, mars 2015 . . . . . . 10
Gilles Olakounlé Yabi
Changer d’avenir en afrique de l’Ouest le pari du Wathi . . . . . . . . . . 13
Jean-Pierre Olivier de Sardan
Réflexions sur la situation en Afrique de l’Ouest . . . . . . . . . . . . . 43
Abdoulaye Diallo
La situation en Casamance :
défis et opportunités pour la société civile . . . . . . . . . . . . . . 45
Kä Mana
Société civile en République Démocratique du Congo
Entre pathologies mortelles et construction d’un pouvoir intelligent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
Kamdem Souop
Mort de la tribu originelle et refondation de l’Etat africain . . . . . . . 60
Christiane Kayser
Sociétés civiles : initiatives, mouvements, ONGs . . . . . . . . . . . . . 70
Uta Bracken
Contribuer au changement social ?
Le potentiel et les limites des projets de développement . . . . . . . . 76
Jeanot Minla Mfou’ou
Regards croisés sur les sociétés civiles africaines
À partir des cas du Cameroun, Burundi, Bénin, Côte d’Ivoire,
République Démocratique du Congo, Guinée Conakry et Tchad . . . . . 92
Flaubert Djateng
La Société Civile Camerounaise est elle inutile,
nuisible ou porteuse d’espoir ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104
Laura Anyola Tufon
La place des femme dans la gouvernance participative
Comment les Organisations de la Société Civile
répondent-elles aux besoins spécifiques des femmes ? . . . . . . . . . 112
Mamou Daffé
La société civile au Mali : Opportunités et Questionnements . . . . . . 122 Ambroise Dakouo
Jeunesse et réinvention de la gouvernance post-crise au Mali . . . . . 130
Frederick Golooba-Mutebi
Partenariat ou émasculation ?
Les relations Gouvernement – Société Civile au Rwanda . . . . . . . . 138 Djeralar Miankeol
L’accaparement des terres des pauvres dans la Commune de Moundou, au Sud du Tchad . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153
Pierre Kahenga
Ressources foncières au Katanga
Les implications internationales et les mouvements spontanés de résistance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156

Introduction

Depuis un certain temps les sociétés civiles sont perçues par les acteurs internationaux comme un nouveau partenaire des actions de paix et de développement garantissant plus de qualité dans les actions touchant les communautés locales, ainsi qu’une meilleure gouvernance dans les politiques publiques. Mais quelles sont ces sociétés civiles multiformes souvent réduites à des coordinations d’organisations non-gouvernementales ? Quels sont leurs liens avec les populations, leurs objectifs, leurs forces et faiblesses ?

En même temps les populations africaines dans beaucoup de pays vivent un renforcement de l’abîme entre riches et pauvres, ainsi que des situations de violences ponctuelles, conjoncturelles ou structurelles auxquelles les réactions varient du désespoir impuissant ou destructeur, par la fuite vers l’Europe au péril de la vie, jusqu’à l’émergence de mouvements citoyens non violents. Le think tank Mapinduzi ne pouvait rester indiffrent à ce phénomène et a décidé de regarder de plus près l’éventail de ces phénomènes, d’analyser les tenants et aboutissants d’évolutions qui suscitent espoir ou crainte chez les populations et les acteurs au pouvoir, avec l’objectif de défiir mieux les potentiels de transformation sociale durable. Notre rencontre Mapinduzi de mars 2015 à Ségou sur les sociétés civiles et mouvements citoyens nous a tous permis de nous enrichir mutuellement.

Les débats étaient francs, parfois controversés mais toujours solidaires et fructueux. Merci à tous. Nous voulons encore une fois remercier nos hôtes maliens, Mamou Daff, Attaher Maiga et tout le staf du centre Koré de leur accueil chaleureux. Nous avons pu jeter un coup d’œil sur leur travail extraordinaire et l’espoir qu’ils représentent dans leur cher Mali déchiré et en danger de replonger dans des conflts violents.

Notre visite à l’Université de Bamako et les échanges avec professeurs et étudiants sur les défi actuels qu’affonte la jeunesse africaine a été un événement fial digne des activités de la semaine. Merci à Ambroise Dakouo de l’ARGA pour l’avoir organisé. Enfi nous sommes reconnaissants à Pain pour le Monde, Allemagne, de soutenir cette initiative d’un think tank afro-européen. Comme à notre habitude nous partageons avec vous les contributions des uns et des autres.

D’abord vous lirez une brève synthèse de nos débats et questionnements résumés par les facilitateurs et enrichis et validés par le groupe. Ensuite nous entrerons dans les contributions : Dans une première partie nous vous présentons des analyses faites par certains participants sur les défi qui se posent actuellement en Afrique de l’Ouest et Centrale.

Gilles Yabi du Réseau Wathi nous propose un texte programmatique sur les éléments-clé pour tout changement. Jean-Pierre Olivier de Sardan nous parle de la situation du fondamentalisme islamiste au Niger et des causes profondes de son enracinement. Abdoulaye Diallo explique la situation en Casamance et les défi pour la société civile. Godefroid Kä Mana se penche sur les pathologies de son pays, la République Démocratique du Congo et sur l’impact sur la société civile.

Kamdem Souop du Cameroun nous parle de la mort de la tribu originelle et de la refondation de l’Etat africain. Dans une deuxième partie, nous nous penchons sur le concept et les diverses manifestations de ce qu’on appelle société civile. Christiane Kayser regarde l’histoire récente en Afrique et au Proche Orient par rapport à des initiatives et mouvements apportant une transformation sociale.

Uta Bracken jette un regard du point de vue d’un bailleur sur le potentiel et les limites des projets de développement par rapport au changement social durable. Jeanot Minla Mfou’o partage ses expériences avec les sociétés civiles africaines au Cameroun, Burundi, Bénin, Côte d’Ivoire, République Démocratique du Congo, Guinée Conakry et Tchad.

En troisième lieu nos auteurs analysent la société civile et les mouvements citoyens de leurs pays respectif. Flaubert Djateng partage un regard critique de l’intérieur de la société civile camerounaise. Laura Anyola Tufon se focalise sur la place des femmes dans la gouvernance participative à l’exemple du Cameroun. Mamou Daff se penche sur les opportunités et les questionnements autour de la société civile au Mali. Ambroise Dakouo étudie la situation de la jeunesse malienne et la réinvention de la gouvernance dans le Mali actuel. Frederick Golooba-Mutebi donne son analyse des rapports entre la société civile et l’Etat au Rwanda. Djeralar Miankeol se penche sur la problématique foncière au sud du Tchad.

Enfi Pierre Kahenga partage les expériences avec les luttes désespérées des paysans et mineurs délocalisés au Katanga en RDC. Vos commentaires et réactions sont les bienvenues.

Bonne lecture

Cliquer ici pour télécharger le fichier

Yaoundé et Goma, Mai 2015
Flaubert Djateng, Christiane Kayser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *